Sie haben keine Artikel im Warenkorb.

Culturea

Filter

A Portrait of the Artist as a Young Man is Joyce¿s first novel, published after the previous success of his short story collection Dubliners. The novel is written in a modernist style, with dialog and narration blending together in a kind of stream-of-consciousness meant to invoke the blurriness of memory. Joyce originally planned writing a realist autobiographical novel of 63 chapters titled Stephen Hero. He abandoned the attempt halfway through, and refocused his efforts on Portrait, a shorter, sharper work in the modernist style. His alter-ego remained Stephen Dedalus, named after Daedalus, the mythological Greek craftsman and father of Icarus. Portrait was written while he was waiting for Dubliners to be published, a process that took eight years and so frustrated Joyce that he once threw the manuscript of Portrait into a fire, causing his family to run to save it. The novel closely traces Joyce¿s early years. Like his alter-ego Stephen, Joyce was born into a middle-class family and lived in Dublin as they descended into poverty; he rebelled against his Irish Catholic upbringing to become a star student at Dublin University, and put aside thoughts of priesthood or medicine, the other careers offered him, to become a writer. Joyce doesn¿t shy away from sensitive topics, presenting the discoveries of youth in all of their physical detail, including Stephen¿s teenage visits to prostitutes (which also mirror Joyce¿s youth, and were how he probably contracted the suspected syphilis that plagued his vision and tortured his health for the rest of his life), and the homosexual explorations of children at a Jesuit school. The writing is in the free indirect style, allowing the narrator to both focus on Stephen and present characters and events through his eyes, until the last chapter, where Stephen¿s first-person diary entries suggest he¿s finally found his voice. As the novel progresses, the syntax and vocabulary also grow in complexity, reflecting Stephen¿s own development. Of Joyce¿s three novels, Portrait is the most straightforward and accessible. But it remains just as rich and complex as any masterpiece, with critics across generations hailing it as work of unique beauty and perception.

Fr. 27.45

Aujourd¿hui, la soirée était tiède et de longs nuages blancs flottaient au-dessus des dentelures encore neigeuses du Jura. Il y avait pourtant dans l¿air une grande langueur, une paix d¿attente, avant la grande poussée de vie de mai. Je sais bien qüen passant les heures indéfiniment prolongées assise à ma fenêtre, à contempler, à travers le paysage familier de cette banlieue mélancolique, ma propre tristesse, je perds les fruits du labeur acharné, presque sincère de tout le semestre d¿hiver¿ Mais l¿ennui du présent et sa monotonie m¿accablent et, comme toujours, je me plonge dans la vie contemplative. ¿ Tandis que je réfléchissais à toutes les inutilités morales s¿accumulant de plus en plus autour de moi, on frappa. C¿était une jeune fille inconnue, petite et frêle, avec un pâle visage triste encadré de cheveux bruns et bouclés, coupés d¿assez près.

Fr. 20.25

"Brûlëtte" est un roman écrit par George Sand, l'une des écrivaines françaises les plus célèbres du 19e siècle. Ce roman captivant explore les thèmes de l'amour, de la liberté et de l'émancipation féminine dans une société conservatrice. L'histoire se déroule dans le milieu rural de la France du 18e siècle. Le personnage principal, Brûlëtte, est une jeune femme rebelle et indépendante qui défie les conventions de son époque. Elle refuse de se conformer aux attentes sociales et aspire à vivre selon ses propres valeurs et désirs. Brûlëtte est une amoureuse passionnée et elle tombe rapidement sous le charme d'un jeune homme nommé César. Leur histoire d'amour tumultueuse est marquée par les conflits, les trahisons et les sacrifices. Brûlëtte lutte pour trouver son propre chemin dans un monde dominé par les traditions et les contraintes sociales. George Sand utilise une écriture poétique et évocatrice pour dépeindre les paysages bucoliques de la campagne française et pour exprimer les émotions intenses de ses personnages. Elle explore les idées de liberté individuelle, de passion amoureuse et de lutte contre l'injustice sociale. "Brûlëtte" est un roman qui célèbre la force et la détermination des femmes à s'affirmer dans une société patriarcale. George Sand donne voix à Brûlëtte, un personnage féminin audacieux et inspirant, et offre une réflexion profonde sur les questions de genre, d'amour et de liberté. Ce résumé de "Brûlëtte" met en avant des mots-clés pertinents pour le référencement sur Amazon, tels que "George Sand", "roman", "amour", "émancipation féminine", "société conservatrice", "liberté individuelle", "passion amoureuse" et "lutte contre l'injustice sociale".

Fr. 13.05

"Contes d'une grand-mère - Tome II" est le deuxième volume d'un recueil de contes écrit par George Sand, l'une des écrivaines françaises les plus célèbres du 19e siècle. Ce recueil a été publié pour la première fois en 1873. Dans ce deuxième tome des "Contes d'une grand-mère", George Sand continue à présenter une série de contes merveilleux destinés aux jeunes lecteurs. Ces contes sont remplis de poésie, de magie et de leçons de vie, et ils transportent les lecteurs dans des mondes imaginaires fascinants. Les histoires de "Contes d'une grand-mère - Tome II" abordent une variété de sujets, allant des aventures fantastiques aux récits moraux en passant par des contes inspirés de la nature et de la vie quotidienne. Chaque conte offre une morale ou une leçon à retenir, tout en divertissant les lecteurs avec des récits enchanteurs et évocateurs. George Sand était une romancière prolifique qui a écrit pour différents publics, y compris les enfants. Ses "Contes d'une grand-mère" sont parmi ses ¿uvres les plus appréciées, offrant un équilibre délicat entre la poésie, l'imagination et l'enseignement.

Fr. 20.25

»Großmama kommt!« Große Aufregung im Kinderzimmer des Herrenhauses. Die Aelteste kam mit der Bürste, denn sie hatten alle viere lange, leuchtende tief über den Rücken fallende Mähnen, die ewig in Unordnung waren. Und wie ging diese Zehnjährige mit den Haaren ihrer Schwestern und ihrem eignen um! Aber trotzdem, trotz aller »Au's« und »Ach's!« immer wieder der laut hervorbrechende Freuderuf: »Großmama kommt!« Mademoiselle holte die schlichten weißen Sonntagskleidchen aus einem der beiden uralten Schränke im Hintergrund der Stube ¿ wahre Kunstwerke an Gediegenheit und Schönheit. Der Raum selbst, ein Saal fast, hoch, luftig, gleich links vom Eingang des Herrenhauses gelegen, mit drei Fenstern nach seitwärts in den Garten und dreien nach vornen auf die staubige Landstraße, an der sich ein ödes, stilles, wie ausgestorben erscheinendes Dörflein hinzog.

Fr. 21.50

In this short novel, Tolstoy fictionalizes the final days of Hadji Murád, a legendary Avar separatist who fought against, and later with, Russia, as the Russian Empire was struggling to annex Chechnya and the surrounding land in the late 1840s. The novel opens with the narrator finding a thistle crushed in a blooming field, which reminds him of Hadji Murád and his tragic tale. As the narrator recounts the story, the reader is quickly thrust into the rich, colorful history of the Caucuses, and its people¿s fight against Russian imperialism. Hadji Murád is portrayed as a legendary and imposing, yet friendly and approachable figure. Despite his reputation, it seems that his best days are behind him; as the novel opens, Murád is fleeing Shamil, a powerful imam who has captured Murád¿s family. Murád finds himself thrust between the invading Russians on one side, and Shamil¿s vengeance on the other. As Murád and his tiny but loyal group of warriors try to forge alliances in their attempt to rescue Murád¿s family, they quickly find themselves politically outclassed. The Russians are Murád¿s enemies, yet only they can help him in his struggle against Shamil; and after years of losses incurred by Murád¿s guerrilla tactics, the Russians would like his help but cannot trust him. Shamil, on the other hand, is a deep link to the region¿s complex web of tribal blood feuds, vengeances, reprisals, and quarrels over honor. He¿s one of the few powers left standing between the Russians and their control of the Caucuses, but Murád, having crossed him, can¿t rescue his family from Shamil¿s clutches without the help of the Russians. Murád¿s impossible position, the contradiction between his legendary past and his limping, dignified, and ultimately powerless present, and the struggle against a mighty empire by a people torn by internecine conflict, form the major thematic threads of the novel. The novel was one of the last that Tolstoy finished before his death, and was only published posthumously in 1912. Tolstoy himself served in the Crimean War, and the war scenes portrayed in the novel echo his personal experiences. As the story progresses, Tolstoy characterizes various real-life historical personalities besides Hadji Murád and Shamil, including Emperor Nicholas I, Mikhail Loris-Melikov, and Count Vorontsov-Dashkov, making this a fascinating piece of historical fiction. Despite this being such a late entry in Tolstoy¿s corpus, it has been highly praised by critics both contemporary and modern, with the famous critic Harold Bloom going so far as to say that Hadji Murád is ¿my personal touchstone for the sublime of prose fiction, to me the best story in the world, or at least the best I have ever read.¿

Fr. 23.85

Ce texte méconnu de Voltaire, mais primordial pour comprendre l'étendue de sa réflexion concernant la liberté de pensée et la tolérance, est d'une vibrante actualité. Voltaire y traite de ses sujets les plus chers : l'hypocrisie des religions monothéistes et de leur clergé, le fanatisme et le radicalisme qu'elles engendrent. L'Histoire de l'établissement du christianisme a été publié sous un pseudonyme anglais en 1777 et s'inscrit dans la lignée de livres déjà parus sur ce sujet comme la Collection d'anciens Evangiles dans lequel Voltaire traduit lui-même plusieurs Evangiles de l'hébreu. Dans l'Histoire de l'établissement du christianisme, Voltaire propose une critique acerbe mais éclairée du christianisme en se présentant comme un déiste s'opposant aux pratiques superstitieuses. Tout en reconnaissant la présence d'un dieu, il refuse les dérives fanatiques et les violences commises en son nom. Extrait : ""C'est ce mépris des honnêtes gens, c'est cette voix de la raison entendue d'un bout de l'Europe à l'autre, qui triomphe aujourd'hui du fanatisme sans autre effort que la force de la vérité. Les sages éclairés ont persuadé les ignorants qui n'étaient pas sages. Peu à peu les nations ont été étonnées d'avoir cru si longtemps des absurdités (horribles) qui devaient épouvanter le bon sens et la nature.

Fr. 22.40

C'est un roman épistolaire. Fernande doit épouser Jacques, un homme plus âgé qu'elle, mais fortuné. Fernande confie à son amie Clémence qu'elle pense être amoureuse de Jacques. Clémence la met en garde contre les mariages précipités et arrangés par les parents. Fernande sent son affection un peu refroidie quand elle apprend l'âge de Jacques. Elle fait une enquête sur lui et apprend qu'il a des singularités de caractère, mais surtout qu'il a une grandeur d'âme hors du commun. On vante aussi son stoïcisme. A la guerre, lorsqu'il fut blessé, il chantonnait. Jacques se confie à Sylvia, sa meilleure amie. Il a avec elle des affinités de caractère hors du commun. Ils ne peuvent malheureusement pas avoir de relations amoureuses car il leur est impossible de savoir s'ils sont ou non frère et soeur, en raison d'une ténébreuse histoire de famille. Jacques confie à Sylvia qu'après toutes les déceptions sentimentales qu'il a connues (il n'a rencontré que des femmes aux esprits mesquins et calculateurs), il met ses derniers espoirs dans sa relation avec Fernande dont il apprécie particulièrement la fraîcheur de sentiments. Après le mariage, Jacques emmène son épouse dans une de ses propriétés isolées du monde. La jeune femme souhaite vivre un amour intense et parfait. Elle est trop sensible aux changements d'humeurs qui affectent parfois son mari, car elle ne vit que pour lui. Elle soupçonne que le passé de Jacques a souvent dû être douloureux. Comme Jacques ne veut pas se confier, elle se désole énormément ce qui a pour conséquence de rendre son mari encore plus distant. Jacques, se rendant compte que ses relations avec sa femme ne s'améliore pas malgré la naissance de jumeaux, fait venir Sylvia pour égayer l'atmosphère et montrer un exemple de force d'âme. Pour rejoindre Jacques, Sylvia abandonne brusquement son soupirant, Octave, qui est très amoureux d'elle, mais qu'elle n'aime pas. Octave la poursuit jusque dans la propriété de Jacques. Il se présente à Fernande et lui demande d'intercéder pour lui auprès de Sylvia. Jacques et Sylvia accepte la présence d'Octave. Ils forment tous quelques temps une société amicale et heureuse. Bientôt ce bonheur est gâché car Octave et Fernande tombent amoureux l'un de l'autre et les deux enfants de Jacques et Fernande meurent. Jacques, malgré les suppliques de Sylvia, qui ne vit que par lui, laisse la place au bonheur de Fernande et Octave et disparaît dans les montagnes.

Fr. 23.85

"Spiridion" est un roman philosophique écrit par George Sand, l'une des figures majeures de la littérature française du XIXe siècle. Publié en 1839, ce roman explore des thèmes de mysticisme, de spiritualité et de quête de sens. L'histoire tourne autour d'un jeune homme nommé Spiridion, élevé dans un monastère orthodoxe, qui quitte cet environnement pour découvrir le monde extérieur. Au fil de ses voyages, il rencontre un philosophe mystique, qui l'entraîne dans des conversations philosophiques et métaphysiques profondes. George Sand, à travers ce roman, explore des questions existentielles, religieuses et philosophiques. Elle y examine les conflits entre la foi, la raison et la quête de vérité, tout en présentant une critique de l'église et de l'institution religieuse de son époque. "Spiridion" est un texte riche en réflexions sur la nature de l'existence humaine, l'aspiration à la vérité et la complexité des relations entre spiritualité et rationalité.

Fr. 13.05

La danse était fort animée au parc de Raimbault. Les paysans, pour lesquels on avait dressé des ramées, chantaient, buvaient, et proclamaient le nouveau couple le plus beau, le plus heureux et le plus honorable de la contrée. La comtesse, qui n'était rien moins que populaire, avait ordonné cette fête avec beaucoup de prodigalité, afin de se débarrasser en un jour de tous les trais d'amabilité qu'une autre eût faits dans le cours de sa vie. Elle avait un profond mépris pour la canaille, et prétendait que, pourvu qu'on la fît boire et manger, on pouvait ensuite lui marcher sur le ventre sans qu'elle se révoltât. Et ce qu'il y a de plus triste en ceci, c'est que madame de Raimbault n'avait pas tout à fait tort.

Fr. 20.25

"La Veillée" est une nouvelle de George Sand. Ce récit met en scène une veillée, où différents personnages se rassemblent et partagent des histoires, des souvenirs et des expériences de vie. À travers cette soirée où les discussions se mêlent aux récits des participants, George Sand explore les dynamiques sociales et humaines, offrant une peinture vivante de la vie rurale et des interactions entre les individus. C'est une méditation sur la nature humaine, les traditions et les liens qui unissent les gens dans une communauté.

Fr. 13.05